Agriculture : mon intervention sur la crise aviaire et les conséquences sur les petits producteurs

Ce matin, j’ai interrogé le Ministre de l’Agriculture au sujet des conséquences de la crise de l’influenza aviaire pour les petits éleveurs et notamment ceux de Gironde, et sur la nécessité d’un réel accompagnement humain et financier.

 

Voici la réponse du Ministre :

Des énergies au service des autres.

Ce  week-end encore, j’ai pu assister à deux évènements qui démontrent l’engagement de ceux qui font vivre et animent notre territoire.

Ainsi vendredi soir, ce sont des générations de judokas du langonnais qui étaient fiers  de voir Danie Barrère, la Présidente du Judo Club de Langon, recevoir des mains de Mohamed Chourbagi la médaille Jeunesse et  Sports en hommage à ses 40 ans d’investissement associatif, au service du club.  Il y avait foule pour assister à ce moment et ainsi afficher une reconnaissance à  Danie Barrère, qui a, sans relâche, agi pour la réussite et la pérennité du club.

Hommage de Mohamed Chourbagi, adjoint au maire de Langon et délégué à la vie associative et aux sports, qui salue la tâche accomplie par Danie Barrère pour la promotion du Judo dans le langonnais.
Hommage de Mohamed Chourbagi, adjoint au maire de Langon et délégué à la vie associative et aux sports, qui salue la tâche accomplie par Danie Barrère pour la promotion du Judo dans le langonnais.
FullSizeRender3
Petits et grands, anciens et jeunes judokas étaient présents lors de cet hommage à Danie Barrère.

Le lendemain, c’est à Dieulivol que je me rendais afin d’inaugurer l’extension de la mairie et la mise aux normes d’accessibilité aux personnes en situation de handicap. Depuis sa construction en 1930, le bâtiment n’avait pas évolué et ne comptait qu’une seule pièce . Ainsi ces travaux ont permis la création d’un secrétairiat, d’un espace d’accueil,  d’un bureau pour le maire et son équipe, d’une salle de réunion, d’une rampe d’accès  et de sanitaires. Un investissement important pour cette petite commune  qui a pu être possible grâce à la mobilisation et la volonté du Maire Bernard Dalla-Longa et de son équipe municipale; mais également des aides de l’Etat, représenté par Mr Carre, sous-préfet,  et du Conseil Départemental de la Gironde, représenté par son Président Jean-Luc Gleyze et par Christelle Guionie et Bernard Castagnet conseillers départementaux du canton.

Une convergence d’énergie qui permet à Dieulivol de proposer à ses habitants une mairie accueillante.

Inauguration de la mairie de Dieulivol, aux côté de Jean Luc Gleyze, Président du Conseil départementale de la Gironde, Bernard Dalla Longa, maire de Dieulivol,  Frédéric Carre, sous_préfet de l'arrondissement et Christelle Guionie, conseillère départementale
Inauguration de la mairie de Dieulivol, aux côté de Jean Luc Gleyze, Président du Conseil départementale de la Gironde, Bernard Dalla Longa, maire de Dieulivol, Gérard César, sénateur de la Gironde Frédéric Carre, sous-préfet de l’arrondissement et Christelle Guionie, conseillère départementale. 

IMG_3525

Avec Palmagri

Dans le cadre de la lutte contre la propagation de la grippe aviaire qui sévit depuis le mois de novembre dans le grand Sud Ouest, le gouvernement a décidé une interdiction temporaire d’installer de nouveaux animaux dans les élevages d’oies et de canards de 18 départements, dont la Gironde.

Concrètement, cela aura pour conséquence de vider les élevages au fur et à mesure des abattages afin de créer un vide sanitaire de plusieurs mois, inédit en France, permettant de nettoyer et désinfecter les élevages. Ainsi, de nouveaux canetons ne pourront être réintroduits qu’à la fin du 1er semestre 2016.

Les conséquences d’une telle décision sont bien évidemment difficiles pour les éleveurs, particulièrement les plus petits. C’est le cas notamment de la coopérative Palmagri, située à Auros et bien connue pour la qualité de sa production dans toute la Gironde, et au delà.

Dès lundi dernier, je me suis rendue à la coopérative afin de rencontrer les 16 producteurs et les 14 employés, très remontés et inquiets suite à cette décision.

L’absence de cas détectés en Gironde les rend particulièrement amers et en colère face aux mesures drastiques décidées par les autorités, et validées par leur syndicat interprofessionnel. Ils nient également la pertinence d’une telle mesure et demandent avec force des compensations à la hauteur du préjudice qu’ils vont subir. Ils déplorent également d’être mis sur le même banc que les élevages industriels alors qu’ils ont des pratiques traditionnelles où le risque de contamination est très faible, voire inexistant. Beaucoup de ressentiments…compréhensibles.

Au cours de cet échange, je me suis engagée à intervenir auprès du ministre afin de porter une demande de dérogation pour les éleveurs girondins, en y associant mon collègue Gilles Savary, député de la 9ème circonscription de la Gironde et Régine Poveda, ma collègue du Lot et Garonne, département qui, comme la Gironde, ne recense aucun cas de grippe aviaire.

Dès le lendemain, depuis l’Assemblée nationale, j’adressais donc un courrier au Ministre de l’ Agriculture que je doublais d’un contact direct avec sa conseillère technique afin de l’alerter sur les problématiques particulières de la coopératives de Palmagri et les conséquences économiques directes non seulement pour les 16 ccopérateurs-éleveurs (et leurs familles) mais également sur les 14 salariés (et leurs familles) de la coopérative, les 6 magasins et les 10 points de vente déjà affiliés. Les projets importants tels que le partenariat avec une entreprise devant aboutir à une commercialisation des produits Palmagri dans 45 magasins de la façade Nord ouest atlantique et un plan de construction d’un abattoir collectif dans le sud Gironde sont également remis en question. En somme, tout un projet de développement commercial, mûrement réfléchi depuis des mois, est remis en cause.

Par ailleurs, par l’intermédiaire de Catherine Veyssy, j’alertais également le Conseil régional qui apparaissait logiquement comme un futur acteur de l’accompagnement de la filière.

Effectivement, dès samedi, Alain Rousset, Président de la région, annonçait une série de mesures telles que : une adresse mail de crise pour les entreprises impactées, des mesures de formations pour les salariés le temps de leur inactivité, un accompagnement pour l’investissement.

Je me suis aussi rapprochée de la chambre d’agriculture de la Gironde afin d’obtenir les éléments factuels sur la filière canard en Gironde (élevage, accouveurs,…)

Quant au ministre, il me faisait savoir, qu’avec ses services, il travaillait au plan d’accompagnement promis par l’Etat et que celui-ci serait probablement annoncé demain mardi.

Il est bien entendu que j’accompagnerai, comme je le fais depuis de très nombreuses années, la coopérative Palmagri, afin qu’elle surmonte ce moment. Aujourd’hui, la crise sanitaire engendre une crise économique et sociale pour cette filière du canard gras, je saurai être vigilante aux mesures qui seront annoncées par le Ministre, demain.

 

 

Plan de soutien à l’élevage : 1er point d’étape.

 Le Plan de soutien à l’élevage,  annoncé par le gouvernement le 22 juillet dernier et complété le 3 septembre pour répondre à la crise traversée par les filières d’élevage,  est désormais pleinement opérationnel.

C’est une enveloppe de 700 M€ qui sera débloquée, pour la période 2015-2017,  sur le budget national, complée ensuite par 63 Mde crédits européens.

Au 31 décembre 2015, 4 mois après lannonce du Plan, 180 Mont déjà été versés aux éleveurs en difficulté au titre de l’allègement des charges et des mesures sociales :

Sagissant du fonds dallègement des charges, à ce jour « plus de 11 400 dossiers éligibles sont payés ou en en cours de paiement », soit un tiers des dossiers, soient  42 M€ qui attribués aux éleveurs dans le cadre de ce dispositif. La mobilisation des services est donc totale pour poursuivre l’instruction des dossiers.

Sagissant des mesures relatives à des allègements ou effacement de cotisations sociales (MSA) :

   o 50 M€ ont déjà bénéficié aux exploitants, en particulier par des dégrèvements sur le dernier appel à cotisation de 2015.

      o 87 M€ ont été mobilisés pour diminuer les cotisations sociales MSA des éleveurs.

Pour ce qui est des mesures de restructuration bancaire, près de 3 700 dossiers ont été déposés dont 400 au titre de l’année blanche totale (relative à l’ensemble des prêts éligibles détenus par l’exploitant). Par ailleurs, Stéphane Le Foll a confirmé le report de la date de dét des dossiers de restructuration bancaire au 31 janvier 2016, qui constituait une attente forte de la profession.

Au titre des mesures fiscales, l’Etat a d’ores et déjà enregistré 9 000 demandes de report des impôts directs, 10 000 demandes de remise gracieuse et 30 000 demandes d’exonération au titre de la taxe sur le foncier non bâti.

Tout comme le gouvernement, je suis satisfaite de la rapidité de la mise en œuvre du Plan grâce, en particulier, à la mobilisation des cellules d’urgence réunies depuis février 2014. Il faut saluer cette mobilisation et l’efficacité du travail des services de l’Etat  au bénéfice des éleveurs français en difficulté.

Mes deux interventions d’hier à l’Assemblée nationale

Mercredi 13 janvier, j’ai présenté en commission des Affaires culturelles et de l’Education la position du groupe SRC sur le rapport du comité de suivi du projet de loi de refondation de l’école :

 

L’après-midi, lors des séances de questions au gouvernement, j’ai interrogé madame la Ministre de la Santé sur la généralisation de la complémentaire santé collective et sur la protection universelle maladie. Voici la vidéo de ma question et de la réponse de Marisol Touraine :

 Refondation de l’école : les derniers textes d’application ont été publiés !

Mercredi 6 janvier les quatre derniers textes réglementaires d’application de la loi de refondation de l’École du 8 juillet 2013 ont été publiés. Toutes les mesures prévues,  et qui contribuent à la réussite de tous les élèves, seront donc pleinement opérationnelles à la rentrée scolaire 2016. 

Avec les nouveaux programmes de maternelle et de la scolarité obligatoire ainsi que le nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture, les publications qui viennent d’avoir lieu au Journal officiel du 3 janvier permettront la mise en œuvre de l’ensemble du volet pédagogique de la refondation de l’École. Le décret sur l’évaluation des élèves et le livret scolaire, à l’école et au collège, et les trois arrêtés qui y sont relatifs, permettent une évolution du système d’évaluation des acquis scolaires des élèves.

Le nouveau livret scolaire est désormais un outil simple, précis et complet pour rendre compte aux parents des acquis de leurs enfants. À la fin de chacun des trois cycles de la scolarité obligatoire (en CE2, en 6è et en 3è), le niveau de maîtrise des huit grandes composantes du socle commun sera évalué selon une échelle à quatre niveaux : maîtrise insuffisante, maîtrise fragile, maîtrise satisfaisante, très bonne maîtrise.

Le nouveau diplôme national du brevet est quant à lui plus complet. Il comportera une épreuve orale de projet, au cours de laquelle les élèves présenteront un travail conduit dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) ou d’un des trois parcours éducatifs (parcours citoyen, parcours d’éducation artistique et culturelle, parcours avenir). Les élèves ont en effet besoin d’apprendre les nouvelles compétences que la société requiert : s’exprimer à l’oral, travailler en équipe, proposé, expérimenter, conduire un projet.

De plus, les épreuves du diplôme national du brevet s’ouvrent à de nouvelles disciplines : les sciences expérimentales (physique-chimie et SVT) et à la technologie.

Le Président de la République a fait de la refondation de l’École une priorité de son action. Cet engagement se traduit depuis 2012 par de grandes avancées : création de 60 000 postes dans l’éducation, nouvelle formation des enseignants avec la création des ESPE, plan numérique, évolution du contenu des enseignements et redéfinition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, refonte de l’éducation prioritaire.

La publication des derniers textes sur les outils d’évaluation représentent l’aboutissement du travail mené en commun par le ministère de l’Éducation nationale et ses partenaires de la communauté éducative. 

Cela reste une vraie satisfaction d’avoir contribué à ce travail de refondation de l’école lorsque le chantier a été ouvert par Vincent Peillon, alors Ministre de l’Education. Aujourd’hui , je poursuis cet engagement comme membre du comité de suivi de cette loi qui vise a évaluer l’application de la loi de Refondation. Ainsi, demain mercredi, je participerai à la présentation du premier rapport du comité. Mais je vous en reparlerai de manière plus détaillée dans les prochains jours, sur ce blog

Voeux sur le territoire et rentrée parlementaire.

Comme chaque année, c’est en répondant aux invitations, multiples, sur la circonscription que je peux présenter mes voeux au plus grand nombre d’habitants. Certes plus exigeant qu’une seule cérémonie que j’aurai pu organiser, ce fonctionnement me permet d’aller à la rencontre du plus grand nombre sur le territoire de la circonscription et ainsi de partager des moments plus directs et chaleureux. D’ores et déjà, je veux m’excuser auprès des  élus dont je ne peux pas honorer l’invitation car de nombreuses cérémonies de voeux ont lieu le même jour à la même heure.

C’est à Créon que les rendez-vous ont commencé jeudi. Aux côtés de son maire Pierre Gachet et des Conseillers départementaux du canton Anne-Laure Fabre-Nadler et Jean-Marie Darmian, également député suppléant, ainsi que Mathilde Feld, Présidente de la CdC du Créonnais, une fois encore la citoyenneté et les valeurs humanistes ont été au centre des discours des uns comme des autres.

Ce vendredi, je me rends à Cénac où m’a conviée Catherine Veyssy, Maire et Vice-présidente de la nouvelle assemblée de la Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, puis au Pout. Samedi, j’irai à Fargues Saint-Hilaire pour la pose de la 1ère pierre d’une salle multiactivité et aux voeux de Saint-Léon le matin, puis à Brouqueyran et à Cadillac en fin de journée.

vx 2016 - Cénac
Voeux à Cénac
vx 2016-Le Pout-
Voeux à Le Pout

Mardi sonnera la rentrée parlementaire avec, au programme, notamment, les débats sur la République numérique mais également la présentation, mercredi,  du rapport du comité de suivi sur la refondation de l’école dont je suis membre. Un travail de plusieurs mois fait d’auditions et de rencontres de terrain avec pour objectifs d’évaluer l’application de la loi et ainsi pourvoir remédier, le cas échéant,  aux problèmes que posent concrètement certaines dispositions voulues par le texte.

Je ne doute pas que cette rentrée sera également agitée avec les débats et les clivages nés d’un projet de loi constitutionnel sur la protection de la nation prévoyant, notamment, d’inscrire la déchéance de nationalité, pour les bi-nationaux dans la Constitution. Pour l’instant, je ne veux pas ajouter mon commentaire au tumulte médiatico-politique, déjà beaucoup trop alimenté. Je préfère attendre le temps du débat, au sein de l’Assemblée nationale, lieu dévolu à la réflexion et à l’expression des députés.

Que vive 2016 !

Alors que le glas de 2015 va sonner dans quelques heures, je souhaite vous adresser un message d’espoir et d’optimisme avant de nous engager dans cette nouvelle année.

Malgré les épreuves que notre pays a traversées ces derniers mois et les blessures infligées à notre République, je reste convaincue que nous trouverons, collectivement,  les ressources pour illuminer de nouveau les valeurs qui cimentent notre vivre-ensemble depuis si longtemps. Malgré les colères, les maladresses, les violences qui pèsent sur notre quotidien, ne nous laissons pas assommer,  ni endormir par ceux qui aimeraient,  par la violence terroriste venue de l’extérieur ou la violence des idées extrêmes venues de l’intérieur, provoquer le chaos et la division dans notre société.

A chacune et chacun d’entre vous, je veux également vous souhaiter le meilleur pour 2016. Qu’une indispensable bonne santé accompagne vos réussites et celles de vos proches. Que l’amitié et la famille restent le refuge et le moteur de vos joies comme de vos difficultés. C’est essentiel.

Je vous retrouverai sur ce blog dans quelques jours lors de la rentrée parlementaire. Celle ci s’annonce d’ores et déjà agitée.

 Bien cordialement,

Martine Faure

 

Faire vivre la République !

Lors du second tour des élections régionales, les électeurs des 12 départements qui constituent la future grande région, ont  clairement choisi Alain Rousset et son équipe. Avec 44,7% ce sont 10 points qui le séparent de sa challenger de droite (34,06%)  et 23 points du candidat Front National (21,67%)  alors même que la participation a augmenté de 6 points entre les deux tours. C’est donc une victoire claire, nette et sans ambiguïté en faveur d’une majorité politique socialiste-écologiste et radical de gauche dont la valeur et la compétence, démontrées depuis plusieurs années, sont validées par le résultat des urnes.

Sur notre 12ème circonscription, les résultats sont également favorables à l’équipe d’Alain Rousset qui arrive en tête dans tous les cantons. Je retiens la campagne de terrain, faite de visites d’entreprises, d’associations et de porte à porte aux côtés de Catherine Veyssy, maire de Cénac, Vice-présidente du Conseil Régional sortant et 2ème sur la liste d’Alain Rousset et de Francis Wilsius lui aussi conseiller régional sortant. Tous les deux sont réélus et continueront au sein de la nouvelle assemblée régionale a soutenir efficacement des dossiers de notre territoire. Je sais que nous pourrons compter sur eux.

Pour autant, si je suis satisfaite de cette victoire fondée sur un vrai projet pour la nouvelle grande région, je n’oublie pas la montée et l’enracinement du Front National, notamment dans les petites communes. Entre désinformation et mensonges éhontés, le Front National parvient à capter les voix de citoyens qui à tort ou à raison se sentent délaissés par l’action publique. C’est une réalité dont nous devons tenir compte. A titre personnel, je continuerai à être à l’écoute de toutes celles et ceux qui prennent des initiatives en faveur de l’intérêt collectif et du vivre-ensembe. Je continuerai  à les accompagner dans la réalisation de leurs projets.

Mais nous devons individuellement et collectivement retrouver les fondements de la République, les expliquer et les transmettre. En un mot, les faire vivre.

Restons mobilisés pour la victoire d’Alain Rousset et son équipe

A l’issue du 1er tour des élections régionales, les électeurs de la future grande région ont majoritairement placé Alain Rousset et son équipe en 1ère position.

Je me réjouis du bon score qu’ils affichent sur la 12ème circonscription où ils se placent en tête dans tous les cantons.

Incontestablement, son engagement et ses résultats à la tête de la région Aquitaine depuis 18 ans ont significativement pesé dans le choix des électeurs, qui n’ont pas été dupes de certains excès de langage de son adversaire principale, qui s’est contentée de nombreuses attaques personnelles et insultantes et a démontré son inexpérience et sa méconnaissance des missions et de la gestion d’une région.

Quant aux candidats du Front National, ils ne font que mentir, attiser les peurs en dévoyant les missions d’un Conseil Régional dont ils oublient de parler.

Pour autant, nier le succès électoral de ce parti d’extrême droite serait irresponsable et ignorer le message de ses électeurs le serait tout autant. Je reste persuadée que pour une grande majorité d’entre eux, la colère et la suspicion sont à l’origine de leur choix. Je ne me résous pas à penser que la France est devenue un pays de haine, de repli sur soi et de rejet de l’autre.

Seuls des femmes et des hommes d’action pourront faire avancer notre région pour le bénéfice du plus grand nombre. A ce titre Alain Rousset et ses coéquipiers Socialistes, Radicaux et  Verts  ont cette volonté constructive de créer une région où chacune et chacun trouvera sa place.

Comme au 1er tour, je vous invite donc à voter pour Alain Rousset et son équipe, seuls capables de relever les défis de la future grande région, et à mobiliser largement autour de vous pour que les citoyens soient nombreux à se rendre aux urnes, dimanche 13 décembre.